• Print
  • Decrease text size
  • Reset text size
  • Larger text size
13/10/2014

Les Mooc peuvent-ils aussi servir à recruter ?

 

Les MOOC, « Massive Open Online Courses », sont des cours en ligne ouverts à tous. Ce type de plateforme est apparu aux Etats Unis en 2008 mais ne s'est réellement développé en France que depuis 2013. La plate-forme dédiée, France Université Numérique (FUN) réunit aujourd'hui une vingtaine de programmes gérés majoritairement par des écoles de commerce ou d'ingénieurs. Aux Etats Unis en revanche, les MOOC sont déjà utilisés en entreprise pour le recrutement de nouveaux collaborateurs, via l'utilisation de plateformes telles Udacity ou Coursera. Ces deux start-up ont imaginé un système pour transmettre aux entreprises partenaires une sélection de profils contenant diverses informations comme le CV, les résultats aux tests ou le degré d'implication dans les formations. LinkedIn a également établi un partenariat avec Coursera pour pouvoir afficher sur les profils de ses utilisateurs les certifications obtenues. Des recrutements ont d'ores et déjà été effectués grâce aux MOOC: c'est le cas de Square, entreprise spécialisée dans le paiement mobile et électronique, qui a embauché un collaborateur après l'avoir repéré sur une formation ou il avait validé 6 matières dont 4 avec la note maximale.

Des articles précédents ont étudié les impacts en termes de formation de ce nouveau type de plateformes collaboratives. Mais les MOOC peuvent-ils aussi changer les méthodes de sourcing des candidats, et être intégrés à des processus de recrutement d'entreprises françaises, à l'instar des Etats Unis ?

Une innovation prometteuse

Coté recrutement, les avantages des MOOC sont nombreux. Ils permettent aux entreprises d'avoir accès à des profils d'une grande diversité sociale et géographique, et d'élargir la base de recrutement à l'international. Les cours sont en effet ouverts à tous les internautes, sans exigence de diplôme ou de niveau d'études. Suivre une certification via un MOOC démontre la motivation d'une personne, son autonomie, et sa capacité à s'engager dans un parcours. Il témoigne aussi d'une capacité à travailler avec les outils digitaux, compétence particulièrement recherchée aujourd'hui, et ce dans un contexte collaboratif et agile. En effet, à la différence du e-learning, les MOOC ont cette particularité d'être des formations participatives.

Les MOOC peuvent aussi servir à promouvoir une image moderne de l'entreprise, en phase avec les évolutions du marché et former des talents en amont d'un éventuel processus de recrutement. Ils peuvent améliorer la notoriété de la marque employeur et apportent des gains financiers puisque les collaborateurs sont formés avant même d'intégrer l'entreprise.

Les limites du MOOC

Pour pouvoir être intégré au recrutement, un MOOC doit pouvoir démontrer une compétence précise. Or, une question soulevée par les MOOC est justement liée à la nature des compétences validées par la formation. Les examens sont en général d'une durée d'une ou deux heures, et sous forme de QCM ou textes à trou. Ce système est donc adapté pour l'évaluation de matières à dominance chiffrée comme la comptabilité, en revanche pour des productions écrites, l'évaluation reste compliquée. Aussi, aucun système ne permet de contrôler si la personne qui passe l'examen est bien la personne inscrite sur la formation.

Enfin, le frein principal à la prise en compte des MOOC dans le recrutement en France est la présence d'une forte culture du diplôme. Seuls 14% [1] des candidats obtiendraient la certification à la fin de la formation, ce qui rend la valeur du certificat encore faible. Un MOOC ne constitue donc au stade actuel qu'un complément de formation valorisant sur un CV, surtout du point de vue de la personnalité.

Une solution : le COOC

L'enseignement et la formation évoluant vers des formes numériques, il apparait difficile pour l'entreprise et les recruteurs de ne pas prendre en compte ce phénomène de masse dont l'ampleur dépasse le simple effet de mode : trois millions de personnes inscrites à au moins une plateforme en moins d'un an, près de dix mille nouveaux inscrits par jour chez Coursera... En revanche, le système doit être adapté au cas de chaque entreprise. Une voie d'évolution pourrait donc être de construire un MOOC spécifique aux besoins et compétences recherchées: c'est ce qu'on appelle le COOC « Corporate Open Online Courses » ou le SPOC pour « Small Private Online Classes ». Les objectifs de ces nouvelles plateformes pourraient être à terme de repérer de futurs collaborateurs [2] en permettant aux apprenants de décrocher un entretien de recrutement, et de les former en amont à la culture et aux codes de l'entreprise. En diffusant leurs valeurs par le COOC, les entreprises attireront des candidats sensibles à leur culture, et donc susceptibles de mieux s'intégrer dans l'environnement de travail.

La construction d'un MOOC peut représenter entre 900 et 1800 heures de travail [3] , depuis la réflexion sur les supports et outils pédagogiques jusqu'à l'animation et la gestion de la plateforme. Compte tenu des ressources nécessaires au déploiement d'un COOC, le volume de recrutements effectué via la plateforme doit être conséquent pour rentabiliser l'investissement. Deux possibilités s'offrent aux entreprises: la première serait de construire un COOC spécifique au recrutement d'un type d'emploi, comme les fonctions commerciales, touchant alors une volumétrie conséquente. La deuxième serait de construire un COOC validant un certain type de compétences, et qui pourrait être utilisé de manière transversale pour le recrutement de différents métiers, touchant la aussi de nombreux candidats. Quelle que soit l'option choisie, un plan de communication devra être mis en place pour attirer la cible définie. In fine, les résultats obtenus au COOC peuvent servir de base aux recruteurs pour sélectionner les meilleurs candidats.

Un COOC est mis en place conjointement entre la direction des ressources humaines et un animateur métier désigné. L'animateur, spécialiste de la problématique enseignée, sera en charge de veiller au bon déroulement du cours et de se rendre disponible pour répondre aux questions des participants, poster des commentaires, ou corriger les évaluations à caractère écrit. En plus de la DRH et de l'animateur, un support technique ou de conseil peut être pertinent pour aider les entreprises à déployer un COOC adapté à leurs attentes. Quelques étapes structurantes peuvent être suivies:

Pour conclure, les MOOC peuvent servir de base au recrutement de collaborateurs aux compétences spécifiques. Ils ont aussi l'avantage d'améliorer la visibilité de l'entreprise en termes d'innovation et d'attirer des candidats plus proches de la culture de l'entreprise, mais doivent être construits pour répondre à une stratégie de recrutement identifiée.

 

Sources:

« Sera-t-on bientôt embauché grâce aux Mooc? », par Alexia Eychenne, L'express, novembre 2013.

« Les MOOC, futur canal de recrutement des entreprises ? », par Matthieu Cisel, La Tribune, janvier 2014.

« Les MOOCS : le sourcing à la source ? » par Arnaud Gien-Pawlicki, RMS News, octobre 2013,.

« Les MOOC, nouveaux outils de recrutement et de management pour les entreprises ? », par Mathieu Gabai, Les Echos, mars 2014.

« Les plates-formes de MOOC jouent les cabinets de recrutement », par Jessica Gourdon, L'étudiant Educpros, juillet 2013.

2 comments
A. B. le 10/17/2015 pm31 16h36

Article illustrant parfaitement un sujet que je traite pour une formation dans les RH. Puis-je m'en servir en citant la source ?

Marcelle le 01/13/2016 pm31 17h55

Idées intéressantes

Poster un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisissez les caractères affichés dans l'image.
Back to Top